Spectacles fixes

La ville éphémère

Spectacle d'objets, chorégraphique et sonore en extérieur. Diurne. Avec de la pyrotechnie.

Sous les yeux du public, une ville voit le jour. Grues, structures métalliques, immeubles, usine, enseignes surgissent une à une. La ville s'habille de panneaux signalétiques, le mobilier urbain prend vie.

La rumeur monte...
Et soudain le brouillard, la tourmente, la ville s'effondre comme un jeu de cartes.
Seul persiste une palissade qui laisse découvrir une petite bicoque de fortune...
Le temps s'arrête, la nature reprend ses droits, une femme danse au son de l'accordéon.
La ville éphémère, ville flottante et en mouvement, ville industrielle, laborieuse, bruyante et en continuelle expansion est une ville miroir.
Comme pour nous, le temps s'accélère, l'espace se resserre et le sens s'efface.
Dans sa course compulsive, la ville finit par disparaître...
De ces décombres, un nouveau monde renaîtra, une nouvelle forme d'utopie.

Scénographie
Dans ce spectacle, deux univers sont mis en opposition, traduits dans la scénographie par des choix différents d'occupation d'espace, d'échelle, de plastique et de jeu.
La ville
La ville très vite prend tout l'espace, les éléments se juxtaposent, les façades sont hautes, l'univers est gris et sombre, couleur du bitume.
Le jeu est saccadé, les constructeurs courent d'un endroit à l'autre, les secrétaires et les employés de bureau travaillent avec frénésie (animation dans les façades), la boite aux lettres tente de rattraper son courrier, le réverbère clignote en continue, la cabine téléphonique sonne, la poubelle ne cesse de se remplir et la colonne Morris ne sait plus ou donner de la tête.
La rumeur de la ville s'amplifie...
L'ailleurs
L'ailleurs au début symbolisé par un certain dénuement, puis par la petite bicoque, donne plus de respiration à l'espace.
La bicoque est petite, perdue dans l'espace.
L'univers est coloré surtout sur le dernier tableau, la bicoque est en bois, fabriquée à partir d'éléments de récupération, une sorte de patchwork d'objets, de draps de couleurs flottant au vent.
L'atmosphère est légère.
La jeune femme accordéon reprend possession de l'espace.

Création 2008
Equipe : 10 personnes
Jauge : 500 à 750 pers
Espace scénique : 15 x 7 mètres
Durée : 40 mn